Pathogènes et Maladies

La plupart des agents pathogènes et leur relation avec les maladies d’aujourd’hui. La rétroaction biologique peut vous aider !!

* La maladie d’Alzheimer est associée à la bactérie chlamydia pneumoniae et à Helicobacter Pylori. Le virus herpès simplex 1 est associé à la maladie d’Alzheimer chez les individus qui possèdent la forme apoe4 du gène apoe (apoe4 permet au virus de l’herpès d’entrer dans le cerveau). Le protozoaire toxoplasma gondii a été associé à la maladie d’Alzheimer.

* La sclérose latérale amyotrophique, une forme de maladie des neurones moteurs, est associée à l’infection par l’échovirus (un entérovirus) du système nerveux central, et à l’activité rétrovirus (qu’il s’agisse d’un rétrovirus endogène humain ou d’un rétrovirus exogène pas connu à l’heure actuelle).

* L’infection par les bactéries borrelia est associée à l’anorexie mentale. L’anorexie nerveuse peut survenir après une infection par des bactéries streptococcus, dans de rares cas. L’Anorexie (qui est distincte de l’anorexie mentale) est associée au protozoaire parasite dientamoeba fragilis.

* L’anxiété est associée au cytomégalovirus.

* L’asthme est associé à l’rhinovirus, le virus de la syncytial respiratoire humaine et la chlamydia pneumoniae. La Chlamydia pneumoniae a été particulièrement associée à l’asthme chez les adultes.

* L’athérosclérose est associée à la bactérie chlamydia pneumoniae.

* Troubles de l’attention hyperactivité trouble hyperactivité hyperactivité (TDAH) et troubles de l’apprentissage sont associés aux virus VIH et entérovirus 71, et avec les bactéries borrelia burgdorferi et streptococcus. Les crises fébriles dues à l’herpèsvirus humain 6 et à la grippe a sont un facteur de risque pour le TDAH. Les infections virales pendant la grossesse, à la naissance et dans la petite enfance sont un facteur de risque pour le TDAH.

* L’autisme est associé à l’infection maternelle prénatale par le virus de la rubéole ou le cytomégalovirus. Les espèces bactériennes clostridia sont présentes en plus grand nombre dans les entrailles des enfants autistes.

* les maladies auto-immunes sont fortement associées à des enterovirus tels que le virus coxsackie b. Les maladies auto-immunes sont associées au virus Epstein-Barr, à cytomégalovirus, au parvovirus b19 et au VIH, et à la bactérie mycobacterium tuberculose. La maladie de la thyroïde auto-immune est associée au virus Epstein-Barr et à Helicobacter Pylori.

* Le trouble bipolaire (dépression maniaque) est associé à la bornavirus et à l’infection par les bactéries borrelia.

* Cancer – certaines estimations attribuent 15 à 20 % de tous les cancers à des agents pathogènes infectieux. Ce chiffre pourrait toutefois être revu à la hausse à l’avenir, si les agents pathogènes actuellement associés à des cancers (tels que ceux énumérés à suivre) se sont avérés être la cause de ces cancers. (note : les personnes dont on sait qu’elles sont causées par des agents pathogènes sont incluses dans la liste, en plus des cancers associés aux agents pathogènes.)

* la tumeur surrénale est associée au virus bk et au virus simian 40.

* le cancer anal est associé à la papillomavirus humaine.

* le cancer de la vessie est lié à la comme helminthes.

* Tumeur au cerveau. Le glioblastome multiforme est associé

au cytomégalovirus, au virus bk, au virus jc et au virus simian 40.

* le cancer du sein est associé au virus de la tumeur mammaire de la souris (MTV), au virus Epstein-Barr et au papillomavirus humain.

* les tumeurs carcinoïde sont associées à des infections à entérovirus.

* le cancer du col de l’utérus est lié au papillomavirus humain.

* le cancer colorectal est associé à Helicobacter Pylori, à streptococcus bovis, au papillomavirus humain et à l’d’comme japonicum. Le virus jc peut être un facteur de risque pour le cancer colorectal.

* Cancer de la vésicule biliaire associé à la salmonelle typhi.

* le lymphome de hodgkin est associé au virus Epstein-Barr, au virus de l’hépatite C et au VIH.

* le sarcome de kaposi est lié à l’herpèsvirus de kaposi et au VIH.

* Cancer du foie. Le carcinome hépatocellulaire est lié au virus de l’hépatite B, au virus de l’hépatite C et aux d’comme japonicum.

* le cancer du poumon est associé à la chlamydia pneumoniae, au papillomavirus humain et à la cellule de Merkel.

Une leucémie. La leucémie à lymphocytes t adultes est liée à la leucémie à cellules t-1.

* le mésothéliome est associé au virus simian 40, surtout en liaison avec l’exposition à l’amiante.

* le carcinome angiofibrome est lié au virus Epstein-Barr.

* un lymphome non-Hodgkin est associé au VIH et au virus simian 40.

* le cancer oropharyngés est lié au papillomavirus humain.

* le cancer des ovaires est associé au virus des oreillons.

* le cancer du pancréas est associé au virus de l’hépatite B et à Helicobacter Pylori.

* le cancer de la prostate est associé au virus de la leucémie murin murin (xmrv) et au virus BK.

* le néoplasme de la peau est associé à des papillomavirus humains.

* le carcinome des cellules de l’épithélium squameuses est associé au virus du papillome humain.

* le cancer de l’estomac est associé à Helicobacter Pylori.

* le cancer de la thyroïde est associé au virus simian 40.

* Le syndrome de fatigue chronique (cfs), aussi connu sous le nom d’encéphalomyélite buccal (moi), est associé à des enterovirus (tels que le virus coxsackie b), et les recherches récentes tendent à démontrer que l’infection à entérovirus peut avoir une relation de cause à effet avec la cfs. Le syndrome de fatigue chronique est également associé à la variante a de l’herpèsvirus humain 6, à l’herpèsvirus humain 7, au parvovirus b19 la bactérie coxiella burnetii et à la chlamydia pneumoniae a été démontrée pour provoquer un syndrome de fatigue chronique (et les antibiotiques peuvent guérir ces formes de syndrome de fatigue chronique).

* La maladie pulmonaire obstructive chronique (BPCO), qui comprend à la fois la bronchite chronique et l’emphysème, est associée à la chlamydia pneumoniae et au virus Epstein-Barr.

* La maladie de Crohn est associée à la sous-espèce mycobacterium avium ou. Dans un modèle murin, la maladie de Crohn est précipitée par la souche norovirus Cr6, mais seulement en association avec une variante du gène de sensibilité de la maladie de Crohn et des dommages toxiques chimiques à l’intestin (en d’autres termes, à travers une interaction virus-gène-toxine).

* La maladie coronarienne est associée au virus herpès simplex 1 et à la bactérie chlamydia pneumoniae.

* la démence est associée aux virus herpès simplex type 1, herpès simplex type 2, cytomégalovirus, virus du Nil Occidental, bornavirus et VIH. La démence est associée à l’d’avait avait (Ténia de porc). L’infection par les bactéries borrelia est associée à la démence.

* La dépression est associée au cytomégalovirus, au virus du Nil occidental et à l’infection toxoplasma gondii. Les troubles dépressifs majeurs sont associés à la bornavirus, ainsi qu’aux bactéries bartonella et borrelia. LES TROUBLES AFFECTIFS SAISONNIERS SONT ASSOCIÉS AU VIRUS D’EPSTEIN-Barr.

* Le diabète sucré de type 1 est généralement associé à des espèces virales provenant du genre entérovirus, en particulier : le virus coxsackie b (coxsackievirus b peut détruire directement la betacells d’insuline dans le pancréas, en plus de causer des dommages indirects indirects à ces betacells) ; Et echovirus 4 (echovirus 4 peut agir comme un déclencheur environnemental pour le diabète de type 1).

* Le diabète sucré type 2 est associé au cytomégalovirus, au virus de l’hépatite C, aux enterovirus. Et le syndrome métabolique du virus ljungan (voir ci-dessous) comporte un risque accru de diabète sucré de type 2, ainsi les agents pathogènes associés au syndrome métabolique peuvent également être associés à cette forme de diabète.

* la cardiomyopathie dilatée a été associée à des enterovirus tels que le virus coxsackie b.

* L’épilepsie est associée à l’herpèsvirus humain 6.

* Le syndrome de Guillain-Barré est associé à la bactérie campylobacter jejuni, et aux virus à cytomégalovirus et à entérovirus.

* Le syndrome du côlon irritable (IBS) est associé à des souches pathogènes du protozoaire parasite blastocystis hominis. Ibs a été associé à l’infection giardia lamblia protozoaires. Le syndrome de l’intestin irritable chez les personnes atteintes du VIH a été associé au protozoaire dientamoeba fragilis.

* LE LUPUS EST ASSOCIÉ AUX VIRUS PARVOVIRUS B19, Virus Epstein-Barr et à cytomégalovirus.

* Le syndrome métabolique est associé à la bactérie chlamydia pneumoniae et à Helicobacter Pylori, ainsi qu’aux virus cytomégalovirus et herpes simplex virus 1.

* la sclérose en plaques, une maladie démyélinisante, est associée au virus Epstein-Barr (il s’agit d’une association forte : le vaccin EPSTEIN-Barr a été prédit pour éradiquer la maladie), l’herpèsvirus humain 6, le virus du zona varicelle et la bactérie chlamydia pneumoniae .

* L’infarctus du myocarde (crise cardiaque) est associé au cytomégalovirus, au virus coxsackie b (un entérovirus) et à la chlamydia pneumoniae.

* L’obésité est associée à adénovirus 36 qui se trouve chez 30 % des personnes obèses, mais seulement chez 11 % des personnes non obèses. L’obésité est également associée à adénovirus 37 et adénovirus 5. Animaux infectés expérimentalement par ces trois adénovirus humains, AD-36, AD-37 et ad-5, ont développé une obésité accrue ; d’autres agents pathogènes ont également Il a été démontré qu’il provoque l’obésité dans les études sur les animaux. L’obésité est associée à des niveaux intestinaux plus élevés de certaines bactéries firmicutes problématiques (telles que clostridium, Staphylococcus, streptococcus et helicobacter pylori) par rapport aux bactéries bacteroidetes (les personnes en surpoids ont généralement plus de bactéries problématique problématiques dans leur estomac et leurs intestins ; les personnes ayant un poids normal ont tendance à avoir plus de bactéries bacteroidetes). . L’obésité abdominale (obésité centrale) fait partie du syndrome métabolique (voir ci-dessus), ainsi les agents pathogènes associés au syndrome métabolique peuvent également être associés à l’obésité abdominale.

* Le trouble obsessionnel-compulsif (toc) est associé aux bactéries de streptococcus et de borrelia.

* les troubles de la panique sont associés aux bactéries borrelia et aux bactéries bartonella.

* La maladie de Parkinson est associée au virus de la grippe a et au protozoaire parasite toxoplasma gondii. • Le psoriasis est associé à un déclencheur à Helicobacter Pylori.

* la polyarthrite rhumatoïde est associée au parvovirus b19 la détection d’anticorps à la protéine de surface externe a est associée à la polyarthrite rhumatoïde.

* la sarcoïdose est associée à des espèces mycobactéries et à la bactérie Helicobacter Pylori et borrelia burgdorferi.

* la schizophrénie est associée à l’infection néonatale par le virus coxsackie b (un entérovirus), ce qu’une étude trouvée comporte un risque accru de schizophrénie chez les adultes. L’exposition au virus de la grippe prénatale au cours du premier trimestre de la grossesse augmente le risque de schizophrénie par 7 fois. La schizophrénie est associée à la bornavirus, à la bactérie chlamydia trachomatis et aux bactéries borrelia.

* l’ AVC est associé à la bactérie chlamydia pneumoniae, à Helicobacter Pylori, à la tuberculose mycobacterium et à mycoplasma pneumoniae. L’AVC est associé au virus du virus varicelle-Zona. L’AVC est associé au champignon histoplasma.

* Thromboangiitis oblitérante a été associé à rickettsie

* Le syndrome de Tourette est associé à la bactérie Streptococcus. La bactérie mycoplasma pneumoniae, la chlamydia pneumoniae, la chlamydia trachomatis et le protozoaire parasite toxoplasma gondii peuvent être des facteurs contributifs ou aggravants dans la Tourette.

* la vascularite est associée aux virus VIH, Parvovirus B19 et virus de l’hépatite B. Le virus de l’hépatite C est une cause établie de vascularite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *